Le problème avec la recherche d'emploi

Publié le par Lili Bernard

C'est qu'on se décentre de soi-même.

Je dirais que le plus grand fléau, aujourd'hui, en France, c'est la recherche d'emploi. Autant que l'obésité, autant que la violence, elle est facteur de déstructuration jusqu'au plus profond de nous-mêmes.

Et en plus, comme on vit dans un pays où les gens sont agressifs et ont, en grande partie, perdu leur cœur et la notion même de solidarité, c'est terrible.

C'est dangereux.

Je vois le monde se délitait de lui-même, par lui-même.

Et la recherche d'emploi semble tourner en boucles, et n'a pas de fin pour qui cherche.

Et puis, on est embauchés. On est employés. Et ça se passe mal, parce-que, au mieux, les gens vont mal, et au pire, ils jouent de votre position de "faiblesse". La menace plane partout quand on a un nouveau job, surtout dans les bas jobs. (Ceux payés bas).

Il réside une sorte de chantage affectif à la stabilisation du poste.

Quand on cherche un emploi, on va se heurter à des gens qui nous méprisent, qui ne nous comprennent pas. Cas typique où une personne dans une situation X, parfois dramatique, essaye de communiquer avec une personne dans une situation Y, de sécurité.

Ce qu'il manque essentiellement en France, c'est la réalisation, et même avant cela l'autorisation du désir.

C'est ce qu'il me manque le plus à moi, par rapport à l'Angleterre, et aux pays anglo-saxons en général: l'autorisation du désir, de l'ambition, du plaisir, et donc la possibilité du partage.

Commenter cet article