Est-ce que ces gens qui ne font pas confiance sont heureux?

Publié le par Lili Bernard

Je me le demande vraiment, sincèrement.

Ces gens qui vont "normalement" vous proposer, ou vous accorder, leur soutien, et qui après réflexion, vous le retire.

Où est le cœur? Où est la confiance? Où est le courage? La prise de risque, sans doute, mais surtout: l'ENTRAIDE?

J'ai été blessée des milliers de fois par des gens en qui je croyais pouvoir avoir confiance, puis par les gens auprès de qui j'avais l'humilité, et le courage aussi, de venir me "déposer".

Je me suis déposée lourdement aussi. Et j'ai appris à ne plus le faire.

Mais, curieusement, je ne vois pas de changement autour de moi. Plus l'on va, plus les gens sont méfiants. Plus les gens sont accrochés à leur petit bonheur (bonheur?), sécurité, en mode protection fermée.

Mais la question demeure: quand tu vas mourir, tu seras contente d'avoir fermé autour de ce bonheur imparfait, ou d'avoir ouvert? D'avoir donné la chance à quelqu'un?

Parce-qu'on est responsable de ça, sur Terre, de produire du bon.

Et curieusement, je vois du changement en moi.

Non pas de la fermeture, mais une autre forme d'ouverture, une grande acceptation.

Je vois ces gens qui fuient, qui disparaissent, qui vous contacte par mail plutôt que par téléphone sur des sujets importants, ou urgents, et j'arrête de me demander ce qu'est devenu le monde.

Je vois une meilleure amie, parmi la foule, qui invente les mêmes excuses que les autres, un peu mieux tournées, certes, et je ne me dis pas: où sont les valeurs?

Je me dis qu'il est vraiment, décidément, important que les gens réapprennent à cultiver l'amour et la confiance dans leur cœur.

Et je me dis aussi que les gens doivent continuer d'apprendre à être d'abord et avant tout autonomes; car le monde, celui d'aujourd'hui, ne va pas leur donner leurs chances, mais va les bouffer, sans cela acquis au préalable.

Et je dis, et je crois enfin, que ce sont à ces personnes à qui on a refusé, de manière aberrante d'apporter le soutien, qui deviendront les plus prospères, quel que soit la teneur de leur prospérité, and somehow. ça me parait dans l'ordre des choses.

Commenter cet article