A quoi sert de se moquer (méchamment)?

Publié le par Lili Bernard

En voilà encore une bien bonne (de question)!

Et pourtant, régulièrement, je me heurte à cela. Aujourd'hui encore: la méchanceté gratuite.

Bizarrement, et pour la première fois (alors que les autres évoquent généralement bien vite le mot), le mot qui me vient est: jalousie.

Mais si tu veux t'exprimer: exprime-toi, mon vieux!

Désolée que ton éducation/ timidité/ manque d'à propos/ savoir-faire/ (manque de profondeur peut-être, eh eh) t'empêche de le faire, mais après tout, tu peux "apprendre" aussi.

Nan?

Comme j'ai fait avant d'en être là où j'en suis aujourd'hui? Et comme je crains (et me réjouis) devoir continuer à faire: j'ai appris!

Nan, attends, j'ai ...travaillé!

Parce-que railler, c'est bien, mais avoir les coucougnettes, de se regarder en face et de se dire: ce qui cloche chez l'autre, c'est moi... c'est une autre affaire n'est-ce pas?

Si t'as du mal avec les femmes, les profs, les supérieurs hiérarchiques, les collègues, les élèves, les tout-le-monde, regarde-toi bien en face, et vois bien ça: tu perds ton temps à te railler de l'autre, ce qui cause un préjudice à autrui, mais pendant toutes ces heures ou ces minutes (ou ces années), tu fais quoi, TOI?

Je répète la question: tu fais quoi, TOI?

Donc: à quoi sert de se moquer méchamment?

A procrastiner.

(Et toi qui es si intelligent, si supérieur, tu vas pouvoir expliquer aux autres ce que ça veut dire, n'est-ce pas? Et puis, tiens, puisque tu y es : va te confesser de ta méchanceté. Ah attends! Encore une question utile: quand tu auras fini de te moquer de l'autre, qu'est-ce qu'il te restera?

Allez, je t'aide:

Un goût amer? / Rien?/ Assez de sentiments négatifs non nettoyés pour...remettre cette méchanceté sur la table avec quelqu'un d'autre?

Dis-moi.)

Commenter cet article