Lili et les emloyeurs-2

Publié le par Lili Bernard

Elle a répondu: "Allez-y, prenez, je ne pourrais pas vous faire une offre plus intéressante que ça pour l'instant".

Mais plus intéressante que quoi, au juste?

Quelle est ton offre? Quel est le salaire que tu me proposes?

Est-ce que je peux vraiment avoir le choix?

Je décide de l'appeler et de clarifier, VRAIMENT, cette histoire.

"- Bonjour Madame,

je ne comprends pas, vous me faites une offre, puis me dites de choisir l'autre, mais à aucun moment, vous ne me faites le descriptif du poste que vous proposez, et une proposition de salaire qui va avec, afin que je puisse vraiment choisir. Je voulais juste savoir si ce poste existait vraiment?

- Oui.

- et donc, si je l'accepte, il est concret?

- Oui.

- D'accord, et bien, je n'ai pas encore donné ma réponse de l'autre côté, pouvez-vous me faire votre proposition?"

Il est clair que quand on va déjà si moi, c'est très mal barré.

Cependant, elle me décrit le poste, qui est en effet très intéressant. Il s'agit vraiment plus que d'un poste d'Assistante de Direction, ou plus exactement de quelque chose de différent: "Responsable de communication", je dirais.

Je savais que ça valait le coup que je creuse.

Je ne sais toujours pas si je veux travailler pour une bonne femme aussi peu honnête et clair que ça, mais je peux peut-être lui laisser le temps de se ratrapper, de rattrapper son cou.

On ne sait jamais, si c'était vraiment le salaire qui l'a bloqué -celui que j'avais annoncé- pour un vraiment bon poste, ça se discute. Parce-qu'un bon poste, c'est intéressant, et c'est de l'expérience pour de futurs bons postes.

Mais là.... elle a ajouté:

" - Et pendant que j'y suis, j'ai fait corriger votre test par une anglaise et elle m'a dit que ça se voyait que vous étiez française.

- Daccord. en même temps, je suis française.

- Oui, mais donc, elle ne l'a pas validé".

Et elle s'est carrément mise à m'engueuler!

" - Donc, vous n'avez pas le niveau d'une native, et il faut savoir être humble dans la vie! Je ne travaille pas avec des gens qui n'acceptent pas ça! et blablabba blablaba. "

Je ne pouvais pas en placer une, mais ...y en avait-il une à placer? Quel procés me faisait-elle là? D'être une française avec un très bon niveau d'anglais, mais pas une native?

Ben oui. Ok.Il ne me semble pas avoir dit le contraire. J'ai juste dit qu'il fallait essayer, que peut-être que mon niveau était suffisant (d'où les trads à faire pendant le week-end). Mais je rappelle au passage qu'on était déjà passé sur un poste d'Assistante de direction, à ce moment-là, alors pourquoi cette crise, au téléphone?

Puis, elle a recommencé à me parler d'elle, qui a un TRES BON niveau d'anglais, mais qui ne peut pas faire de traduction professionnelle. (Mais je vais finir par croire qu'elle s'est vraiment pris, elle-même, une rouste par quelqu'un sur son niveau d'anglais, pour qu'elle s'acharne autant sur le mien! J'ai vécu 3 ans en Angleterre, j'ai occupé que des postes bilingue en France, je suis diplômée par l'université de Cambridge qui ne prend que des natifs, c'est quoi le problème?)

Bref, je m'en suis vraiment prise une. Son souffle était court, comme si je lui avais vraiment menti, comme si j'étais vraiment une prétentieuse.

C'était donc ça ce qui coinçait? Le test d’anglais ?

Je m'étais bien dit que son refus était étrange, et sans commune mesure avec son engouement, deux jours auparavant, seuleument. Elle manque un peu de ...clarté, voire d'honnêteté, cette dame. Je vais finir par croire que personne n'en a dans ce monde/ pays.

Est-ce que les gens savent communiquer?

Pourquoi ne pas l'avoir dit, cruche?

Et pourquoi prendre ça si personnellement?

Un peu comme si je t'avais trahie. T'es sûre que t'aurais pas placé un peu d'autres espoirs en moi, genre: voilà ma sauveuse- qui sait tout faire?

Je sais faire beaucoup, mais je ne mens pas sur mes compétences. Tu as peut-êrte mal compris. Ça t'a pas traversé l'esprit de vérifier avec moi, résultats en mains, ce que j'avais dit, au lieu de me passer une rouste?

" - Il faut savoir accepter."

Euh, ben d'accord, j'accepte. Mais qui a dit que je n'allais pas accepter? M'a-t-on posé la question: " - Acceptes-tu que tu n'as pas le niveau d'une anglaise native?". Non, parce-que qui peut "ne pas accepter ça"? Il faudrait être con, quand même.

Je crains, une nouvelle fois, que les gens qui donnent des conseils aux autres, s'en donnent à eux-mêmes en fait. Accepter qu'on n'a pas le niveau, et être humble, en l'occurrence.

Quelle est la frustration de cette femme?

Mais quel stress! Quel énorme investissement émotionnel pour une broutille.

C'est pas une vie ça mes enfants. Pas du tout. No wonder que je me sois cassée de tout ça, moi: l'entrepris et les chefs de PME névrosés.

Pfiou.

Publié dans Recherche d'emploi

Commenter cet article